La Grèce érige une barrière anti-migrants face à la Turquie


Le chantier prévoit une double rangée de barbelés de 2,5 mètres de haut surmontée de 25 caméras thermiques. Photo AFP


La Grèce, lundi, le 6 février 2012, commençait la construction d’une clôture destinée à barrer la route aux migrants irréguliers sur une portion de sa frontière terrestre avec la Turquie, devenu l’une des principales portes d’entrée clandestine en Europe. Le chantier chiffré à 5,498 millions d’euros (7,17 millions de dollars) prévoit une double rangée de barbelés de 2,5 mètres de haut surmontée de 25 caméras thermiques.

Réclamée par la France, en dépit des réticences de la Commission européenne, la barrière barbelée doit courir sur quelque 10,3 kilomètres, dans la portion de la frontière où le fleuve Évros entre en territoire turc. En 2011, quelque 55 000 arrestations de migrants ont été enregistrées dans cette zone. Selon l’agence européenne de surveillance des frontières [Frontex], à un rythme moyen de 300 par jour, ces arrivées clandestines représentaient le tiers des entrées irrégulières recensées sur le territoire de l’Union Européenne.

#DémographieDemography #Grèce #Turquie